Intersexe: Mythes et Réalités

Cora Davidson

Le 10 mars, 2022

Alors que nous commençons l’année 2022, nous pouvons convenir que notre compréhension de concepts tels que l’orientation sexuelle et l’identité de genre a considérablement augmenté, y compris sa nature en tant que spectre et la multitude de réalités et d’expériences vécues par les personnes LGBTQ+. Cependant, lorsque nous évoquons le « sexe biologique » et son influence sur la manière dont il contribue à être attribué à un genre binaire (féminin ou masculin), beaucoup ont encore tendance à croire que le sexe ne comprend que le féminin et le masculin. D’un point de vue scientifique et anthropologique, c’est loin de la vérité. Les notions que nous avons apprises sur la génétique à l’école primaire et secondaire ont été élargies grâce à des recherches approfondies, et il est temps de nous plonger dans les réalités et mythes de celleux dont la constitution biologique va au-delà de ce que nous avons appris par le passé. Et bien que je sois un amoureux de la science dans l’âme, j’essaierai de rendre cela aussi accessible que possible à tous ceux qui liront ceci, qu’il s’agisse d’activistes ou de fournisseur.euses de services.

Qu'est-ce que l'intersexualité ?

Intersexe est un terme destiné à décrire les individus dont l’anatomie reproductive ou la constitution génétique ne sont pas strictement identifiables comme un « mâle » ou une « femelle » binaire. Tout comme l’orientation sexuelle et l’identité de genre, les caractéristiques sexuelles et la génétique sont sur un continuum similaire à un spectre de couleurs : il y a plus de variété qu’une simple échelle de gris et noir.

Ces variations peuvent affecter les organes génitaux externes, les structures internes telles que les gonades, les traits sexuels secondaires tels que les seins et les hormones, et la composition chromosomique. Toutes les variations n’apparaissent pas à la naissance, certaines apparaissent avec le temps, pendant/après la puberté ou plus tard dans la vie.

En termes de génétique, on nous a d’abord appris que les chromosomes sexuels existent également sur un binaire : XX (typiquement inventé comme « femelle ») et XY (typiquement inventé comme « mâle »). Cependant, les variations chromosomiques et hormonales peuvent entraîner un certain nombre de conditions non dangereuses qui peuvent être classées comme conditions intersexes. Voici une liste non exhaustive d’exemples :

  • Le syndrome de Klinefelter fait référence au fait d’avoir des chromosomes XXY. Certaines variantes du syndrome de Klinefelter incluent une différenciation génétique telle que les chromosomes XXXY, XXXXY et XYY. Cela peut entraîner une diminution des niveaux de testostérone, de la masse musculaire et des poils.
  • Le syndrome de Turner fait référence au fait d’avoir des chromosomes X0. Cela signifie qu’une personne n’a qu’un seul chromosome X complet, tandis que l’autre est complètement absent ou de plus petite taille. Cela peut entraîner une baisse du niveau d’hormones qui peut affecter la puberté. Cela peut également entraîner une différence de développement dans des organes comme le cœur.
  • Le syndrome de Swyer peut survenir lorsqu’une personne est née avec des chromosomes XY mais aucun développement de testicules. Au lieu de cela, le fœtus développe une vulve et un petit utérus. Cela peut amener la personne à devoir prendre des hormones pour induire la puberté.

Qu'est-ce que l'effacement intersexe ?

De telles variations peuvent sembler rares, mais ce n’est pas le cas. Ils surviennent dans environ 1 naissance sur 2000 selon l’Intersex Society of North America. C’est à peu près la même probabilité qu’un enfant naisse avec les cheveux roux. Pourtant, les réalités intersexes ont tendance à être balayées sous le tapis, pour le « bien » de la société qui veut s’accrocher à une anatomie sexuelle binaire plutôt qu’à sa nature expansive.

Comment le domaine médical a-t-il traité les personnes intersexes au fil du temps ?

Lorsqu’un bébé naît, les médecins sont chargés de l’assigner comme homme ou femme (il est rare que les bébés soient assigné.es intersexes en soi). Dans la plupart des cas, les professionnel.les de la santé considéreraient la taille et la forme de l’anatomie sexuelle comme un facteur déterminant dans leur assignation. Dans les cas où il y a ambiguïté, les médecins ont souvent recours à des chirurgies nocives et inutiles pour s’assurer que l’anatomie du bébé peut être considérée comme “normale”. Certain.es de ces enfants ont subi ces procédures sans que leurs parents en soient informés. Les mentalités ont changé au fil du temps, mais il existe encore aujourd’hui des médecins qui croient que des interventions médicales de cette nature aideront un enfant à grandir et à se développer “normalement” comme ses homologues non intersexes, bien qu’aucune étude significative n’ait été réalisée pour confirmer cette hypothèse. À ce jour, les militant.es continuent de se battre pour mettre fin à la pratique consistant à pratiquer des chirurgies non consensuelles sur les jeunes intersexes.

Les personnes intersexuées peuvent-elles s'identifier comme trans ou non binaires ?

Absolument! Même si les professionnel.les de la santé ont attribué à un individu un sexe spécifique, le genre d’une personne peut toujours être différent de l’assignation initiale. C’est notamment le cas de certaines personnes intersexes une fois qu’elles ont pris connaissance de leur intersexualité. Ils pourraient voir leur ambiguïté reproductive et génétique comme une raison d’explorer en profondeur leur identité de genre.

Conclusion : ce qu'il faut en retenir

Il y a autant de réalités et d’expériences vécues des personnes intersexes qu’il y a de personnes intersexes elles-mêmes, il est donc important de ne pas faire d’hypothèses ou de généralisations. Les personnes intersexes sont plus que leur corps, et elles devraient pouvoir défendre leurs droits et défendre ceux des voix marginalisées au sein de la communauté intersexe.

Bio:

Cora Davidson (iel/ille) est un écrivain et activiste LGBTQ+ d’origine américain. Iel est actif dans la communauté depuis les cinq dernières années, faisant du bénévolat auprès d’organismes de bienfaisance et écrivant des articles pour le site web de GRS Montréal. Ille est à la coordination administrative de Jeunesse Lambda, un organisme communautaire par et pour des jeunes LGBTQ+ à Montréal.

Free Porn porn Sex

Stay Connected

Subscribe to our newsletter to stay up to date with our work.